Chadian Flag

Phrases essentielles en ngambay

Chadian Flag

 

 

 

 

Ce leon en ngmby est disponible grce M. Lucien Mbairounga.  Nous le remercions pour cette contribution essentielle notre site web.

Laphia = bonjour, bonsoir

i r w ? = d'o viens tu =>  phrase complte : s r w ?

S aw'd r w ? = o vas-tu ?

M'aw'd rg = je sors (dehors). => "aw" se prononce "aou"

Am pr m'a'd s = donne-moi du feu pour que je puisse fumer => "pr" se prononce "peur".

Am mn m'a = donne-moi de l'eau boire. =>man se prononce mann comme s'il y avait deux n. En gnral tous les mots se terminant par une consonne ont un accent tonique, sauf exception.

Remarquez que boire de l'eau est quelque chose de ncessaire mais lmentaire au Tchad. L'eau devrait tre mme gratuite lorsque toutes les aductions d'eau seront faites dans le pays car il fait si chaud et sec qu'on sent tout le temps le besoin de boire.

S k s kei non w ? = Est-ce que ta maman est la maison ?

yo (= ouiyo), km s kei non = oui, ma mre est  la maison.

S *bo ra w ? ou bien S *bo toli w ? = est-ce que tu as faim ?

Wa , *bo tolm l.   Non, je n'ai pas faim

S *bi ra w ? = Est-ce que tu as sommeil ?

Wa, *bi ram l. Non, je n'ai pas sommeil.

S t bn w ? = Comment a va ?

S ssi bn w ? S ssi kari y w ? = Est-ce que tu te portes bien ? Est-ce que tout va bien ?

Uiyo, m'ssi kari y ? M't kari b ya ?   Oui, je me porte bien, tout va bien.

S ngkoinje knd w ? = Combien de frres et soeurs as-tu ?

Ngkmje jo, mnd, s, m, msn, sir, jinjo, jinkra, dg = j'ai deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix (frres et soeurs).

Ri ngokin g dingm l to n w ? Quel est le nom de ton frre ou comment s'appelle ton frre.

Ngokin g dne l ri to n w ? Quel est le nom de ta soeur ?

S ri to n w ? Comment t'appelles-tu ?

S l g r *b  aw  t'd w ? O loges-tu ? Chez qui loges-tu ?

Bl nda r ingam m kei'd lm n = Demain vient me trouver ici chez moi.

Bl g ndo = demain matin

Bl g kmtg = demain soir.

NB : ( * ) les lettres marques d'une astrisque ont une prononciation diffrente  des mmes lettres. Il s'agit essentiellement des lettres b et d. C'est une prononciation lgre. Par exemple, pour prononcer la lettre b dans certains mots, on ne pousse pas fort sur la lettre b comme par exemple pour le mot bton. Cette faon lgre de prononcer la lettre b ou d n'est valable que pour certains mots ngmby. Le mot suivant "bangw" a une prononciation normale.  Le mot "dangay" a une prononciation normale mais " *di w ? = quoi ? = Qu'est-ce qu'il y a ?" ne se prononce plus comme dangay. Cela veut dire qu'on doit les connatre. Cette manire de prononcer lgrement les lettres et donc les mots forms parceslettres existe galement dans le nord du pays. Promenez-vous parmi les populations et coutez leur faon de parler et vous remarquerez qu'il en est bien ainsi pour certaines ethnies, par exemple les Foulb, les Peuls, peut-tre les Goranes.

Quelques notes sur la Transcription ngmby

2.2- Les tons

 Il y a trois (3) tons en ngamba : les tons haut, moyen et bas.

         a) - Le ton haut :    symbole ( ) = accent aigu sur une lettre de l’alphabet

b) - Le ton moyen : symbole  (---) = barre hoizontale sur une lettre de l’alphabet

c) - Le ton bas : symbole ( ` ) = accent grave sur une lettre de l’alphabet

Exemple

gir         =             dos, derrire.

t (bia)  =      prparer (la bouillie) 

nd        =             pluie

b)- Le ton moyen : symbole () = barre horizontale au-dessus d’une lettre : ce symbole peut tre omis lorsqu’il n’y a aucune confusion possible.         

Exemple  

J = gourde = petit jarre goulot ou  rcipient = crche

   kal  = cobe de buffon   = sorte d’antilope.

c)- Le ton bas : symbole = ( ` ) = ( accent grave au-dessus d’une lettre)

Exemple

nd     = blanc

n        = jalousie

nd    = alors

ndm   = Ecureuil                                    

ml    = chat sauvage. Animal qui dvaste les poulaillers  des villages.

ndm   = hernie inguinale

ndam   = s’amuser, danser, jouer

nd    = vigne = genre vitis vinifera species.           

Plusieurs mots peuvent avoir la mme orthographie mais seul le ton permet de les diffrentier au point de vue signification.

Exemple

kr = soleil

kr = tige de mil blanc ou de sorgho

kul = froid

kl = charbon

Des syllabes peuvent avoir deux tons et mme trois.

Exemple

jo     = deux

j       = jarre

kar   = donner

po  = carpe

Ainsi qu’il a t dit plus haut, il est recommand de faon gnrale, pour des raisons pratiques (typographie,...), d’viter des symboles et des accents qui ne sont pas indispensables lorsqu’aucune confusion n’est craindre. Pour cette raison, il est recommand de laisser tomber le symbole du ton moyen. Il suffit de s’habituer remarquer que chaque fois qu’il n’y aura pas d’accent sur une voyelle, il s’agira du ton moyen. C’est un exercice qu’il faut s’habituer faire car il est difficile de savoir quoi correspond le ton moyen lorsqu’on n’est pas locuteur natif de cette langue.      

Remarque 1

1)- Bien noter les positions des pronoms et des adjectifs suivants :

m’aw      je vais       sujet-verbe

ngun ou ngon   =     ton enfant : = adjectif possessif du substantif ngon =>  gun ou ngon veut dire ton enfant . Il a un accent tonique sur i. C’est un ton haut. La forme adjectivale est trs intressante en ngmby. Elle offre une trs grande facilit. Moins difficile qu’en franais. Prenons ce mme mot ngon = enfant, il est facile de former des adjectifs possessifs avec ce mot, tout simplement par dclinaison du mot. Ngonm= mon enfant ; Ngon = ton enfant ; Ngon = son enfant ; Ngonsi  = ngon ls (ou ngon lj = variante) = notre enfant ; Ngonssei  ( = ngon l si s = votre enfant ) ; Ngond ( = ngon ld = leur enfant ).

Maintenant au pluriel , le mot ngon = enfant devient ngnje = les enfants. La dclinaison de ce mot toutes les personnes donne : ngnmje = mes enfants ; ngnje = tes enfants ; ngnje = ses enfants. Ngnsi(jen)je = nos enfants ; ngnsi(s)je = vos enfants, ngnd(den)je = leurs enfants. Le langage populaire omet tous les mots entre parenthses qui sont justes mais lourds et redondants. Il y a cependant une confusion la premire et la 2me personne du pluriel si ces formes sont limines. Nous l’expliquerons plus loin.

Les mots ou lettres en vert reprsentent le pluriel. La lettre o change en pour signifier le pluriel du mot. Le mot je est la marque gnrale du pluriel au point de vue grammaticale.

Il est important de signaler que dans le document de deux pages qui constitue le point de dpart de ce travail, on traduit le mot ngoni comme ton fils , mais c’est une erreur. Ngoni veut dire ton enfant, soit un fils soit une fille. Il faut dire : ngonem g dngm = mon fils, ngonm g dn = ma fille. Ngon g dngm = ton fils, ngon g dn = ta fille, ainsi de suite pour les autres personnes du singulier et du pluriel.

La difficult en franais vient du fait qu’il y a le masculin et le fminin. Difficult due un hiatus par la prsence des deux voyelles conscutives ou une voyelle suivie d’un h non aspir. Par exemple les mots homme et enfant . Le mot enfant peut tre soit masculin soit fminin suivant le cas. C’est comme le mot bb qui est un mot neutre, qualifiant un enfant masculin ou un enfant fminin. Dans ce dernier cas, on dit simplement une enfant. On peut alors dire mon enfant dans les deux cas au lieu de dire ma enfant pour qualifier une fille. Il y a l une ambigut qui demeure depuis toujours. Un bel homme au lieu de dire un beau homme. Ceci n’existe pas en ngmby. Il n’y a qu’ dcliner les mots avec les sujets ou pronoms personnels

toutes les personnes du singulier ou du pluriel. En ce sens, la langue Ngmby est trs facile car il suffit de tout dcliner avec les pronoms personnels : noms propres aussi bien que noms communs. Les dsinences des dclinaisons sont les suivantes consignes dans le tableau 3 et 4 ci-dessous, en fonction des pronoms personnels, (voir galement grille 1).

Tableau 3 :

 Dclinaisons des noms communs l’aide des adjectifs possessifs  en fonction des pronoms personnels ou des sujets des verbes. Tout ce qui est en jaune reprsente la forme terminale (dsinence) des dclinaisons d’un nom donn. La 1re ligne reprsente la dsinence des adjectifs possessifs des noms singuliers. La seconde ligne celles des noms pluriels selon chaque colonne. Ce sont ces dsinences qu'on voit apparatre dans les phrases.

1

2

3

4

5

6

m

i

si

sise

d

mje

ije

je

Sije ou sijenje

siseje

Dje ou ddenje

 Exemples :  

1) dsinence des adjectifs possessifs des noms singuliers : ngonm = mon enfant ; ngon = ton enfant ; ngon = son enfant ; ngons = notre enfant ; ngonsis  = votre enfant; ngondden = leur enfant ;

2) dsinence des adjectifs possessifs des noms pluriels : Ngnmje = mes enfants ; ngnje = tes enfants ; ngnje = ses enfants ; ngnsijenje = nos enfants ; ngnsisje  = vos enfants ; ngnddenje = leurs enfants. La marque du pluriel est dsigne par la terminaison je . Remarquez qu’il n’y a nulle part je en  1) tandis qu’en 2) par contre, je est partout prsent.

Le singulier se dit kraba (on dit aussi kba = contraction du mme mot)  = Singulier : ngonm = mon enfant ; ngon = ton enfant ; ngon = son enfant ; ngons  = notre enfant ;

 Le pluriel se dit bl = Pluriel : ngnsije = nos enfants ; ngnsijen = notre enfant; ngnsijenje, ngndden = leur enfant ; ngnddenje = leurs enfants. Remarquez aussi le changement de o en a du mot  ngon en ngn pour marquer le pluriel. Difficile d’expliquer la vraie raison de ce changement si ce n’est pour des raisons d’harmonie vocalique.

 Tableau - 4 : Adjectifs possessifs

   a)

    Kraba      =   Singulier

      Bl      =      pluriel

Ngmby

Franais

ngonm

Mon enfant

ngon

Ton enfant

ngon

Son enfant

ngonsijen

Notre enfant

Ngonsis

Votre enfant

ngondden

Leur enfant

Ngmby

Franais

ngnmje

Mes enfts

ngnje

Tes enfants

ngnje

Ses enfants

ngnsijenje

Nos enfants

ngnsisje

Vos enfants

ngnddenje

Leurs enfts

Adjectifs possessifs : idem

                    Ngmby

    Kraba

      Bl                                 

                  Franais

     Singulier

        Pluriel

Kramrm

Kramrmje

   

mon ami(e)

Mes amis

    

kramr

kramrje

Ton ami(e)         

tes ami(e)s

kramr

kramrje

son ami(e)  

ses ami(e)s

kramrs(jen)     

kramrs(jen)je      

notre ami(e)

Nos ami(e)s

kramrss

kramrssje

votre ami(e)

vos ami(e)s

kramrd(den)   

kramrd(den)je    

leur ami(e)

leurs ami(e)s

 c)      Pronoms possessifs

Ngmby

           =

Franais

Kraba (ou kba)    

           =

Singulier

klm

           =  

le mien, la mienne

kl

           =           

le tien, la tienne

kl (kl*)             

           =

le sien, la sienne

kls(jen)             

           =

le ntre, la ntre

kls(s)               

           =

le vtre, la vtre

kld(den)   

           =

le leur, la leur

klmje

           =

les   miens, les miennes

klje

           =

les tiens,  les tiennes      

klje(klaje*)     

           =

les siens, les siennes                  

kls(jen)je          

           =

les  ntres             

kls(sj)e          

           =

les  vtres

kld(den)je       

           =

les leurs

NB : * = variation rgionale ; tous les accents sur les voyelles sont des symboles des tons :  ton haut (accent aigu), ton moyen (-) et ton bas (accent grave).

1)- Tous les mots entre parenthses du tableau 3 ci-dessus ne sont pas indispensables pour le parler ngmby mais sont thoriquement corrects. Ils sont simplement redondants. On dit bien notre maison ( nous ) . nos frres ( nous) . Cependant on sait que ce n’est pas indispensable de dire ( nous).

2)- La deuxime raison de maintenir quand mme ces mots entre parenthses est qu’ l’crit, il y a une confusion entre la premire et la deuxime personnes du pluriel sur les adjectifs possessifs et entre les pronoms possessifs. Notre et votre ; nos et vos ; le ntre et le vtre.

3)- Le mot kuramrem peut tre traduit putt comme mon camarade , mon compagnon, mon copain , mais le terme ami convient galement dans la mesure o ami est employ dans un sens large. L’ami peut tre celui qui vient paisiblement chez vous ou qui vient de loin qu’on accueille sans discussion pralable, ce qui est gnralement le cas en Afrique. Dans l’ancien temps et mme actuellement, il arrivait que le voyageur surpris par la tombe de la nuit demande refuge chez l’habitant avant de poursuivre sa route. Il n’y avait que trs peu de brigands chez les sudistes, l’poque. On ne peut en dire de mme l’heure actuelle. La nuit dans les tropiques tombe toujours pic, brutalement, ce qui oblige le voyageur demander refuge en raison de la dangerosit de la brousse o la rencontre avec l’inconnue est possible. Il n’y avait pratiquement rien craindre d’accueillir un tranger du fait qu’il n’y avait pas grand chose voler. On ne connaissait pas la tradition de brigandage au Sud-tchadien. Actuellement il y a partout dans le pays des coupeurs de route qui dtroussent les gens mais d’aprs les dires de la population, ce sont des personnes d’origine trangre, les colombiens et les Hatiens, d’anciens tontons macoutes du temps o Tomblby louaient leur service. Ce sont ces gens qui profitent de la confusion gnrale cre par la guerre, qui, mme termine, n’en finit pas de laisser des traces un peu partout dans le pays.

La lettre i et :

i = le pronom personnel, 2me personne du singulier sans accent tonique. C’est un ton moyen.

        =  adjectif possessif la 1re personne du singulier. C’est un ton haut.

 

 

View this page in English

 

 

 

 

 

Si vous tes tchadien ou tchadienne et vous parlez une des 120 langues du Tchad, aidez nous aider les autres en nous envoyant des phrases essentielles dans votre langue! Ainsi, vous aiderez assister des visiteurs de l’tranger bien communiquer quand ils sont chez vous. Merci!

crivez-nous!